Accueil Gallotta La Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta

Fils d’émigrés italiens, Jean-Claude Gallotta découvre la danse classique et les claquettes à 22 ans après des études d’arts plastiques aux Beaux-Arts de Grenoble. Bien qu’il se déclare « non-danseur », il obtient un prix en 1976 (puis un second en 1980) au Concours chorégraphique international de Bagnolet, révélateur de tous ceux qui feront la « Nouvelle Danse Française ».

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il rencontre Merce Cunningham et découvre l’univers de la post-modern Dance (Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown...), Jean-Claude Gallotta fonde en 1979 à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui s’insère en 1981 dans la Maison de la Culture de Grenoble, comme cellule de création chorégraphique et qui deviendra en 1984 l’un des premiers Centres chorégraphiques nationaux.
Sa première grande pièce Ulysse, 1981, un « ballet blanc » devenu emblématique, qui joue avec les codes du classique sans les détruire, lui ouvre les portes de la reconnaissance internationale.
Suivront Daphnis é Chloé, 1982, un trio intime repris autour du monde au fil des années et des générations ; Hommage à Yves P, une nuit de danse en quatre actes qui fera l’événement du Festival d’Avignon 1983 ; Mammame, 1985, autre pièce qui a sa place désormais dans l’histoire de la danse et qui verra notamment Raul Ruiz l’adapter pour le cinéma.
De 1986 à 1989, il prend la tête de la Maison de la Culture, devenant ainsi le premier chorégraphe directeur d’une Scène nationale.
Parallèlement à ses créations, il transmet des pièces aux ballets des opéras de Paris, Lyon, Bordeaux…
Parmi ces pièces emblématiques, on compte également une série de pièces s’attachant aux « Gens » : 99 duos, créée en 2002 au Théâtre National de Chaillot, Trois Générations, en 2004, un triptyque composé de mouvements successifs identiques dansés par des enfants, des adultes et des séniors, Des Gens qui dansent en 2007 et enfin Racheter la mort des gestes - chroniques chorégraphiques présentée au Théâtre de la Ville à Paris en 2012, mêlant danseurs professionnels et des personnes de tous âges, de toutes corpulences, de toutes histoires.
Le répertoire ainsi constitué (plus de quatre-vingts chorégraphies) s’est enrichi au fil des années par le croisement de la danse avec les autres arts : le cinéma (il a lui-même réalisé deux longs-métrages), la vidéo, la littérature (les Larmes de Marco Polo, Presque Don Quichotte, l’Étranger, Comme un trio, d’après Bonjour tristesse...), la musique, classique avec Bach danse experience, L’amour sorcier en collaboration avec le metteur en scène Jacques Osinski et le chef d’orchestre Marc Minkowski, le Sacre et ses révolutions présenté à la Philharmonie de Paris, ou originale, en développant des collaborations privilégiées avec notamment les compositeurs Henri Torgue, Serge Houppin et Strigall, ou encore « populaire », venant ainsi élargir les frontières d’une danse contemporaine réputée élitiste. Il travaille ainsi autour des figures du rock avec le triptyque My Rock, My Ladies Rock et la recréation de l’Homme à tête de chou (musique de Serge Gainsbourg interprété par Alain Bashung) en 2019 au Printemps de Bourges. Il crée également avec la chanteuse Olivia Ruiz, Volver, présenté en 2016 à la Biennale de la danse de Lyon
En septembre 2017, l’Adami, Maison des artistes interprètes et le Théâtre du Rond-Point lui donne carte blanche pour mettre en scène deux soirées exceptionnelles autour de l’oeuvre de Bob Dylan, avec des interprètes de toutes disciplines confondues, et notamment le groupe Moriarty.

Son Groupe Émile Dubois, redevenu compagnie indépendante en 2016 reste hébergé à la MC2 : Grenoble. Jean-Claude Gallotta est également artiste associé du Théâtre du Rond-Point à Paris et de Scènes Vosges à Epinal.

En 2020, il s’associe au musicien Rodolphe Burger et à la plasticienne Dominique Gonzalez-Foerster pour la création du Jour se rêve.
Il prépare pour la rentrée 2021, à la demande du Volcan, Scène nationale du Havre, une recréation d’Ulysse, 40 ans après sa première représentation.

Ulysse - 1984
Ulysse - 1984
Les Aventures d’Ivan Vaffan - 1984
Les Louves et Pandora - 1986
Les Larmes de Marco Polo - 2000
Des Gens qui dansent - 2006
Daphnis é Chloé - 1982
Mouvement - 1980
Solo d’Yves P. (acte IV) - 1983
Portrait par Nicolas Pianfetti